Accueil Activités Politiques urbaines Valorisation du bocage
Valoriser économiquement les haies pour pérenniser le bocage sur le territoire PDF Imprimer Envoyer

La multifonctionnalité du bocage n’est plus à prouver. Les nombreuses fonctions assurées par les haies telles que les fonctions épuratrice, anti-érosive, brise-vent, accueil des auxiliaires des cultures et refuge pour la biodiversité... sont désormais largement reconnues.

Pour perdurer, le bocage a besoin d’être entretenu

Malgré ces nombreuses fonctions, le bocage continue de décliner au rythme de 1% par an en moyenne sur le territoire.

Le développement de l’utilisation des énergies fossiles explique en partie le déclin de l’utilisation du bois.

A cela s’ajoute les profondes évolutions des exploitations et notamment l’agrandissement et l’intensification des systèmes qui ont également conduit à délaisser l’entretien des haies.

La haie a ainsi au fil du temps perdu sa fonction productive. L’entretien est alors devenu une véritable contrainte à l’échelle des exploitations, car il est perçu comme une activité pénible et très chronophage.

La mécanisation de l’entretien des haies, avec l’utilisation de l’épareuse et du lamier, s’est alors développée, pour limiter la croissance des végétaux. Le lamier permet de contenir la haie dans une logique de court terme. Il s’agit cependant d’un mode d’entretien qui se révèle être coûteux à long terme et, surtout, qui ne permet aucune valorisation de la biomasse. C’est donc un entretien réalisé en pure perte, puisque les branchages issus de la coupe sont généralement poussés en fond de parcelles et brûlés.

La réappropriation et le maintien du bocage passe par sa valorisation économique, il doit redevenir un élément faisant partie intégrante de l’économie de l’exploitation.

De plus, avec l’augmentation et la raréfaction des énergies fossiles, le bois, source d’énergie, locale et renouvelable, revient au goût du jour.

La production de plaquettes une nouvelle façon de valoriser le bocage

Face aux contraintes que représente la production de bois bûche, une nouvelle méthode de valorisation a vu le jour au milieu des années 90, il s’agit de la production de plaquettes. Expérimentale au début, la technique et le matériel sont désormais au point et les chantiers de bois atteignent à présent des rendements tout à fait intéressants.

Les nombreux avantages des plaquettes bocagères

La valorisation de la ressource est optimisée, puisque même les branchages sont utilisés. Ces derniers représentent environ 30% de la biomasse, difficilement valorisés lors d’une exploitation en bois bûche.

Le travail d’entretien est aussi simplifié, ce qui permet de gagner du temps (la durée du chantier est divisé par 3 à 4 par rapport à un chantier bois bûche) et de rendre les chantiers moins pénible lié en limitant les manipulations.

La production de bois déchiqueté permet d’obtenir un combustible facilement utilisable dans des chaudières automatisées.

De multiples façons de valoriser les produits issus de l’entretien du bocage.

Cependant la production de plaquettes n’est pas la panacée, il existe bien sûr d’autres manières de valoriser le bois. Ces différentes formes de valorisation ne doivent pas être opposées, elles constituent des moyens complémentaires pour valoriser les haies en fonctions des exploitations.

La production de bois bûche reste une valeur sûre, car bien qu’il s’agisse d’une activité chronophage, la valorisation sous forme de bois bûche est intéressante financièrement. Elle est adaptée pour les agriculteurs appréciant de « faire leur bois ».

La production de plaquettes est une solution pour les agriculteurs qui ne souhaitent pas passer trop de temps pour l’entretien de leurs haies, tout en leur permettant de couvrir au minimum les frais d’entretien, voire de dégager un bénéfice.

La production de bois d’œuvre nécessite une combinaison de la patience, une « gestion à l’arbre » fine et régulière, un terrain favorable etc., mais il s’agit aussi d’une valorisation très rémunératrice.

Accompagner le développement d’une filière locale bois-énergie

La Bretagne s’est dotée d’un programme régional, le « Plan Bois-Energie Bretagne », financé par l’ADEME, le Conseil Régional et les 4 Conseils Généraux, pour la période de 2007-2013 afin de permettre un développement fiable du bois-énergie. Ce dispositif a été complété en 2009, par le fond Chaleur, issu du Grenelle de l’environnement

Le SMEGA, travaille en partenariat avec le Conseil Général des Côtes d’Armor, l’association régionale « AILE » et une association locale d’agriculteurs « Goëlo Bois Energie » pour dynamiser et structurer une filière locale bois-énergie avec comme enjeu majeur, le maintien du bocage sur le territoire.

Les objectifs sont à la fois de promouvoir l’installation de chaufferies à bois, de poursuivre le travail de sensibilisations sur les multiples rôles des haies auprès des collectivités et des agriculteurs, mais également de mettre en place une gestion durable du bocage.

Il faut en effet s’assurer que les « producteurs » fournissant la filière adoptent des techniques respectueuses et durables pour les haies. Il s’agit de faire en sorte que les coupes s’inscrivent bien dans une gestion à long terme et respectent notamment l’accroissement annuel des végétaux.

Un accompagnement technique à la carte

Le SMEGA travaille aux côtés des agriculteurs et des propriétaires fonciers pour mettre en place des programmes de plantation et de regarnissage des haies existantes, dans le cadre du programme Breizh Bocage.

En fonction des spécificités de l’exploitation, les techniciens apportent un conseil sur un choix d’essences fonction des rôles que la haie va jouer (brise-vent, production de bois énergie, …) et proposent des mesures de gestion sur le long terme, grâce à des outils permettant de planifier l’entretien et l’exploitation du bois.

Ils apportent également un appui technique et sensibilisent les agriculteurs à la taille de formation, aux techniques d’entretien durable des haies. La production de bois-énergie demande en effet une gestion un peu différente du bocage. Le façonnage de taillis et le recépage d’essences comme le noisetier, le châtaignier, et le saule, est une manière d’optimiser la production de plaquettes.

Vous souhaitez un conseil sur l’entretien de haies adultes ou de vos jeunes haies, vous êtes intéressés par le développement de la filière, contactez nous.

 


Design par vonfio.de
Copyright © 2017 SMEGA. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.