La zone Leff PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 23 Février 2009 16:10

 
Le Leff et son bassin

Longueur : 60 km de cours principal, 228 km d'affluents (principaux uniquement), 91 km de ruisseaux côtiers
Superficie : 470 km2 dont 360 km² pour le seul bassin versant du Leff
Sources : commune du Leslay à 210 m d’altitude
Direction générale : Sud / Nord, versant Manche
Pente  : moyenne  3 ‰
Débit moyen annuel : 2,74 m3/s à Quemper-Guézennec, 0,5 m3/s à Boquého
SAGE : Argoat-Trégor-Goëlo

 
 

Né sur la commune du Leslay à 210 mètres d’altitude, le Leff est l’affluent principal du Trieux.  Il marque la frontière entre le Trégor à l'ouest, et le Goëlo à l'est. Sa longueur est de 60 kilomètres. Il draine un bassin versant de 360 km2 avant de rejoindre le Trieux entre Quemper-Guézennec et Plourivo.

La géologie des terrains traversés influence la densité du réseau hydrographique et les pentes. L’amont de Châtelaudren se caractérise par des petits ruisseaux pentues sur substrat granitique. En aval, en revanche, le Leff prend ses aises au sein d’une vallée élargie et marquée par des coteaux boisés.

La dénomination "Leff" tire vraisemblablement son origine du gallois "llyf" qui signifie courant, flot, même si la prononciation bretonne évoque le breton "lenv", gémissement.

Le cours du Leff

L'amont de Châtelaudren

Le Leff prend sa source en amont du parc du Château de Beaumanoir dont il traverse l’étang. De là, il s’écoule au travers de vallées encaissées marquées par des pentes relativement fortes. De nombreux affluents viennent gonfler son cours, parmi lesquels on peut citer le Camet, le Kernier et la Rivière de Pitié. Peu à peu le Leff s’élargit et devient méandriforme à l’approche de Châtelaudren. Il serpente au sein d’une vallée alluviale plus large caractérisée par de vastes zones d’expansion de crues. A son entrée dans la petite cité de caractère de Châtelaudren, le Leff se heurte à une digue et forme un étang. Cette digue constitue un obstacle infranchissable pour les populations piscicoles, isolant de ce fait la partie amont de la partie aval du Leff.

Ce secteur amont est essentiellement composé de roches métamorphiques anciennes et cristallines, à dominante granitique marquée (granit porphyroïde et syntectonique au sud, gneiss à migmatites et mica noir à l’ouest), avec des crêts de quartzites localisés en de fins et courts filons isolés et dispersés sans continuité.

La partie aval

Cette partie du Leff se caractérise par des pentes plus faibles (2 ‰) et une augmentation progressive de la largeur du lit mineur. Le Leff reçoit les eaux de plusieurs affluents, le Dourmeur (ou Coat an Doc’h), le Goazel, le Kerguidouë (également appelé Languidouë), le Goaz Mab et le Poul Jaudour.
Entre Châtelaudren et Lanvollon, la vallée est relativement large. Passée Lanvollon, elle devient progressivement plus étroite avec des coteaux boisés marqués. Au niveau de Lanleff, la rivière marque un changement de direction (sud-est / nord-ouest) pour rejoindre l’estuaire du Trieux. Cette partie est compartimentée par une succession de déversoirs de moulins qui modifient fortement les faciès d’écoulement (nombreux biefs) et créent des obstacles parfois difficilement franchissables par les poissons. Le cours principal du Leff est pourtant classé migrateur au titre de l’article L 432-6 du Code de l’Environnement (jusque la ligne de chemin de fer en amont de Châtelaudren).

Du point de vue géologique, la partie aval du Leff présente un profil schisteux et sédimentaire (grands secteurs à alluvions modernes) marqué essentiellement par la présence de gneiss à amphibolites et micaschistes. L’extrême nord du bassin versant (Yvias, Pléhédel, Le Faouët) associe des schistes dits de “St Lô” et de “Plouézec”, des porphyrites de Plourivo et même, autour de Quemper-Guézennec, des limons argilo-sableux calcaires.

Les ruisseaux côtiers

Les ruisseaux côtiers entre Plouha et Ploubazlanec sont nombreux. Ils se caractérisent par des linéaires faibles et des pentes relativement fortes. Parmi les principaux ruisseaux, il faut citer, le Corzic, le Kergolo, le Correc et le Quinic.

L’ensemble de ces ruisseaux est influencé par l’urbanisation et les infrastructures côtières. Bon nombre d’entre eux sont canalisés et busés avant leur confluence avec le milieu marin.

Patrimoine naturel du Leff

Le Leff recèle de nombreuses richesses faunistiques. Les plus emblématiques sont, sans conteste, le saumon Atlantique (Salmo salar) et la Loutre d’Europe (Lutra lutra). Mais il ne faut pas oublier l’alose (Alosa alosa), la lamproie marine (Petromizon marinus), l’anguille (Anguilla anguilla) l’écrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallipes) ou encore la truite fario (Salmo trutta). La présence de plusieurs espèces d’amphibiens est également à souligner.

Tableau des sites remarquables

 Sites Type Communes concernées
 Falaises de Plouha ZNIEFF type 2 Plouha, Plouézec
 Pointe de Guilben ZNIEFF type 1 Paimpol
 Cote boisée de Ste Barbe ZNIEFF type 1 Paimpol
 Vallon de Bouguef ZNIEFF type 1 Paimpol, Plouézec
 Pointe de Kermor ZNIEFF type 1 Plouézec
 Pointe de Plouézec ZNIEFF type 1 Plouézec
 Pointe de Minard ZNIEFF type 1 Plouézec
 Pointe de Berjul ZNIEFF type 1 Plouézec
 Le Pommier près de la Pointe de Plouha ZNIEFF type 1 Plouha
 Vases du Leff ZNIEFF type 1 Plourivo, Quemper-Guézennec
 Bois de Lizandré ZNIEFF type 1 Plouha, Pléguien
 Bois de Boisgelin ZNIEFF type 1 Pléhédel, Trémeven, Lanleff
 Estuaire du Trieux et du Jaudy ZICO Ploubazlanec
 Trégor-Goëlo Natura 2000 (SIC) Plouha, Plouézec, Kerfot, Paimpol, Plourivo, Ploubazlanec, Ile de Bréhat
 Ile de Bréhat Natura 2000 (ZPS) Ile de Bréhat

Activités humaines

Le long de son cours et de ses berges, les activités humaines se sont développées. L’agriculture occupe bien évidemment une place prépondérante sur le bassin versant, notamment aux secteurs où la vallée est large. La force motrice de l’eau a également été largement exploitée. On relève ainsi pas moins de 36 barrages sur le cours principal. Aujourd’hui, seuls quelques uns d’entre eux demeurent en fonctionnement mais l’implantation de ces ouvrages a fortement modifié la dynamique de cette rivière. Trois pôles urbains sont recensés sur cette zone, il s’agit du nord au sud, de Paimpol, Lanvollon et Châtelaudren.

 
Design par vonfio.de
Copyright © 2017 SMEGA. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.